Écouter le besoin présent, non reconnu

D’où vient la perte.. osseuse, dentaire, tissulaire ?

Des efforts inconscients secrètent des murs souterrains pour se protéger de conflits passés, hérités, acquis ou adoptés. Résistants au temps, vivants, voire criants, ils perturbent l’espace de vie présent entraînant dans leur sillage des pertes de tissus parfois irréversibles.

Les voix de peur tentent de se faire entendre en voilant la vie.. Peine à sourire, inspirer, entretenant le déficit.

S’il est possible de détourner son regard ou flouter sa vision, il est impossible de voiler le regard intérieur.

Du « non » au OUI. La force de la présence est toujours là, sans limite, sans détournement par la pensée, le mental.

Écouter jusqu’au son de l’accord, le oui de la vie, le oui intégral, intégrant.

Alliages.. comment s’allier ?

De l’amer à la sagesse. Voir le point de départ, l’amorce dans sa bouche, dans sa dent, sous sa propre égide. La clé est dans la main, la peur fait la serrer sans la sentir, sans la voir, sans voix...

L’absence démunit, la présence unit, réunit à soi, à ce qui est, sans effort en abandon de toute tension.

Sans mercure, sans peur, sans rancœur.. Les nouveaux matériaux, protecteurs, performants et esthétiques, s’accordent et s’intègrent au terrain sain, libre de passé.

« Si vous voulez entendre le son de l’être, laissez-le se frayer un chemin en vous-même. » K.G. Dürckheim

Haut de page